E. Leclerc en Pologne, 20 ans déjà (1995-2015) « Sto lat ! » / Joyeux anniversaire !


 



 

A partir de la fin des années 1960, les distributeurs français « intégrés » (Carrefour, Auchan) commencent à ouvrir des points de vente en dehors des frontières : en  Europe (Belgique, Espagne), mais aussi plus loin (Brésil et Argentine en 1979 et 1982 pour Carrefour). A la fin des années 1980, les groupements d’indépendants s’y mettent à leur tour : Intermarché en 1988 en Espagne, E. Leclerc en 1992,  en Espagne également (à Pampelune) et aux États-Unis, à Baltimore. L’échec rapide de l’expérience américaine va convaincre les centres E. Leclerc de recentrer leur développement en Europe de l’Ouest (nouveaux points de vente en Espagne, premières implantations portugaises), mais aussi de l’Est, où la chute du Mur de Berlin a ouvert de nouvelles perspectives. C’est dans ce contexte qu’en 1995, l’enseigne E. Leclerc est apposée pour la première fois sur un supermarché en Pologne. Cette ouverture est le fruit d’un long processus, entamé dès la transition démocratique polonaise.

 

·         Un processus enclenché dès 1991

Peu de temps après l’élection de Lech Walesa à la présidence de la République fin 1990, Michel-Edouard Leclerc, accompagné de quelques adhérents, se rend en Pologne. Le pays est attractif à plusieurs titres pour le Mouvement. D’une part, comme toutes les anciennes républiques communistes, il ne connaît encore ni la société de consommation, ni la libre entreprise. Il n’est doté d’aucun circuit de distribution, tout y est donc à construire. De plus, avec ses liens historiques avec la France et sa tradition catholique, il est culturellement attirant pour les adhérents E. Leclerc. Enfin, il est suffisamment grand pour offrir des perspectives de développement sur le long-terme.

Aussi, très vite, dès 1991, le projet de former des Polonais à la fonction de chef d’entreprise et de créer un réseau de centres E. Leclerc en Pologne se fait jour. Une convention de coopération est signée avec le gouvernement qui prévoit le développement d’un réseau de magasins E. Leclerc indépendants en Pologne.  Le projet prévoit, en outre, la formation de stagiaires polonais en France. Les centres E. Leclerc se dotent aussitôt d’un centre de formation international, Cefilec, qui va accueillir une quarantaine de stagiaires polonais. Ces derniers, venus en couple, sont formés à la comptabilité, au droit foncier… Leur formation est complétée par des stages au sein-même des centres E. Leclerc. Les stagiaires apprennent ainsi progressivement les règles et la pratique du commerce. Au terme de la formation, une douzaine d’entre eux repart en Pologne.

Simultanément, Frédéric de Guitarre, fils de l’adhérent E. Leclerc de Poitiers, aidé de Philippe Cousyn et de Didier Levionnais, va prospecter en Pologne à la recherche de terrains sur lesquels construire des supermarchés.

 

 

·         L’ouverture des 1ers magasins E. Leclerc à Varsovie (1995)

En octobre 1995, un premier magasin E. Leclerc ouvre ses portes à Varsovie, dans un entrepôt de 2000 m2 initialement lieu de stockage à la société d’exploitation du métro varsovien ! A la fin de cette même année, un second ouvre à son tour ses portes. Tous deux sont des supermarchés. Ces ouvertures sont de véritables événements pour les Polonais qui, le jour des inaugurations, se massent en nombre devant les magasins. Ces longues files d’attente ne sont pas sans rappeler celles qui accompagnaient les ouvertures de centres distributeurs en France, dans les années 1950 et 1960 !

 

·         L’enracinement

Un 3ème magasin à Lublin, un 4ème magasin à Lodz, et d’autres à Varsovie, Radom et Wroclaw ouvrent leurs portes entre 1995 et 1996. En attendant d’ouvrir leur propre point de vente, les anciens stagiaires formés en France sont salariés de ces premiers magasins, comme directeur ou chef de département. Environ cinq ou six, sur la douzaine de stagiaires revenue en Pologne, deviendront adhérents.

D’abord aidés par l‘absence quasi-totale de concurrence et une fidélité à la ligne de l’enseigne – la vente à bas prix -, ces premiers magasins obtiennent de bons résultats. Cependant, face à l’arrivée massive des cash-and-carry, redoutables concurrents, ils se trouvent quelque temps légèrement fragilisés. Néanmoins, le réseau continue de se développer et, en 2003, année d’adhésion de la Pologne à l’Union européenne, l’enseigne compte 10 hypermarchés et 2 supermarchés polonais.

 

·         Mutualiser pour être les plus performants

Les adhérents polonais commencent par mutualiser la fonction d’achat en créant d’abord un Galec polonais (1994-1995). Cette structure commerciale est complétée, en 2001, avec la création de la Scawar, qui prend en charge la fonction logistique pour l’ensemble des adhérents polonais.

Enfin, les magasins vont progressivement commercialiser des produits aux marques de l’enseigne, Marque Repère et Eco+, importés ou polonais. Cette nouvelle étape de l’organisation du réseau polonais est facilitée par une collaboration avec la Scamark française et par la création de la Scamark Polska.

 

·         Le  rachat de 25 magasins Billa (août 2009) : un changement d’échelle instantané

En 2009, l’enseigne compte 13 hypermarchés et 7 grands supermarchés en Pologne.  Elle s’est développée aussi ailleurs en Europe et est bien implantée en Italie, au Portugal et en Espagne. Elle a aussi constitué avec des partenaires européens, une super-centrale supranationale, baptisée Coopernic. Via cette alliance, l’enseigne noue des contacts avec le groupe allemand Rewé à qui elle  rachète un réseau de 25 supermarchés polonais, exploités sous l’enseigne Billa.

Pendant la phase du changement d’enseigne [voir l'album consacré à la reprise de Billa], les magasins sont gérés comme un petit réseau intégré. Mais il ne s’agit que d’une brève étape : l’objectif reste, pour le Mouvement E. Leclerc, fidèle à son modèle hexagonal, de former des chefs d’entreprise. Aussi, rapidement, des anciens directeurs de magasin ou des chefs de département des points de vente Billa, ou encore des postulants issus du réseau E. Leclerc polonais déjà existant, rachètent les magasins et deviennent adhérents.

Le rachat de Billa permet de plus que doubler le nombre de magasins de l’enseigne en Pologne.

Fin 2014, le réseau compte 43 magasins, pour une surface totale de vente de 136 000 km2.

 

Aussi, trente ans après l’ouverture du 1er magasin à Varsovie, les adhérents polonais sont parvenus à créer un réseau dense de magasins et à mettre en place les structures coopératives nécessaires afin de mutualiser les fonctions d’achat et de logistique. Simultanément, ils se sont montrés d’une fidélité totale à  la ligne historique du Mouvement… Cette réussite n’illustrerait-elle pas la faisabilité, malgré les difficultés, d’exporter le modèle E. Leclerc ? 

Des clés pour comprendre
 

Recherche
dans les archives

À vous
la parole !

Faites-nous part de vos commentaires et de vos connaissances sur l'histoire du Mouvement E.Leclerc et consultez les commentaires des internautes.

Commenter